mardi 27 juin 2017, Visiteurs : 355843
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

« Le libéralisme ne laisse à l’Etat national que le choix du suicide »

Version imprimable de cet article Version imprimable
samedi, 2 juillet 2016 15:11

Comment sortir de l’impasse libérale, antisociale et antinationale ? » la conférence, à l’intitulé-programme de Abdelatif Rebah, enseignant chercheur en économie et militant de l’ex-PCA, le Parti communiste algérien, a fait sensation au forum du Parti socialiste des travailleurs (PST). Programmée à 22h jeudi soir, la conférence — et les débats enflammés qui s’en sont suivis — ne s’est achevée qu’après 2h du matin (le vendredi). Un Qiam Al Layl des plus aboutis pour le PST de Mahmoud Rechedi (porte-parole du parti) dont les activités ramadanesques ont drainé plus d’un empêcheur de tourner en rond.
Abdelatif Rebah, spécimen d’économiste en voie de disparition, a fait œuvre de déconstruction des politiques et discours libéraux dont l’impasse structurelle entraîne, à ses dires, inexorablement, le pays vers l’apocalypse. « Les libéraux nous disent qu’il n’y a pas de plan B, professe-t-il, que c’est le sentier libéral qui est dans l’impasse et non pas le libéralisme lui-même (…). Ils nous imposent un débat circulaire pour éviter de toucher à l’essentiel et de continuer à agir par parades, par rajouts, par mesures conjoncturelles. Car ce qui se pratique aujourd’hui en Algérie n’est rien d’autre qu’une politique de gestion de l’impasse. Le gouvernement fait tourner le ballon. Et à trop gérer l’impasse, on risque de perdre aussi bien le ballon que l’Algérie. » Pour Rebah, l’impasse structurelle du choix libéral incite les libéraux algériens à forcer le passage : « La contrainte extérieure est instrumentalisée par le gouvernement.
Elle sert de prétexte à la normalisation, au retour des ces bons samaritains que sont les FMI et Banque mondiale (…). Ce qu’ils nous proposent, c’est de discuter des marges de manœuvre comme s’il pouvait y en avoir dans cette configuration libérale ; le gouvernement demande un autre chèque en blanc or l’impasse est structurelle et ce que celle-ci nous annonce comme scénario catastrophe est pire que la Libye ou la Syrie, c’est la dislocation du tissu social et de cet espace national en formation. » Auteur — entre autres — de Economie algérienne : le développement national contrarié (Inas Editions, 2011), Rebah analysera les « mutations systémiques » opérées et mettra à nu ces « transitions masquées » vers le libéralisme effectuées dans le sang et les larmes. « Le summum de ces transitions masquées fut atteint durant les années 1990, la décennie noire où un pouvoir de l’ombre, un pouvoir dans l’ombre a piloté un train de transformations libérales. » Aujourd’hui encore, souligne-t-il, il s’agit encore d’achever l’œuvre de « déconstruction » de l’entreprise de développement national. « Parler des réformes chez nous n’est qu’un paravent du Consensus de Washington », appellation donnée à ce corpus de mesures standard pour économie en difficultés prescrites par le FMI et la BM.
Puisant profond dans l’histoire, l’universitaire épiloguera sur les limites objectives du mouvement national. « Le PPA, le Parti du peuple algérien a été un parti plébéien, mais ses dirigeants étaient pour la plupart des moyens et/ou de petits propriétaires. » « Et l’Algérie, ajoute-t-il, n’est venue au socialisme qu’à reculons. Et à la mort de Boumediène, son entourage était pressé de démanteler l’option socialiste qui a été et demeure un véritable casse-tête pour eux car seul le socialisme est à même de défendre l’indépendance nationale alors que la mondialisation capitaliste n’offre à l’Etat national que le suicide comme choix. »
L’entrave au projet libéral, réitère Rebah, a été l’histoire. « 132 ans de colonisation, de libéralisme n’ont pas développé l’Algérie (…) », oppose-t-il en argument massue aux divagations d’un gouvernement Sellal se voulant plus royaliste que le roi. « Et jusqu’à aujourd’hui, l’histoire, Novembre 1954 constituent l’entrave au libéralisme. La force motrice de la libération a été, ne l’oublions pas, la paysannerie. C’est la paysannerie qui a libéré l’Algérie. »
Mohand Aziri el watan


Visiteurs : 496 / 355843

--- Répondre à cet article ---

CANAL ALGERIE : EMISSION SUR L’OPERATION MAILLOT
JEUDI 6 AVRIL A 21 HEURES 50 Canal Algérie-ciné thématiqueL’OPERATION MAILLOTHistoire de la capture d’un camion d’armes françaisesau profit de la lutte armée pour (...)
Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achat : Nos luttes futures !
Retraites, pensions, emploi, pouvoir d’achatnos luttes futures ! La loi sur la retraite anticipée a été abrogée comme il fallait s’y attendre. Maintenant que la fièvre est (...)
La situation en Algérie est-elle préoccupante ?
La situation en Algérie est-elle préoccupante ? On sent, par certaines campagnes médiatiques contre notre pays, que quelque chose se trame. Le traitement des réfugiés (...)
Un prix Nobel de médecine accuse : « guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »
« Le prix Nobel britannique de médecine, Richard J. Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé des (...)
L’adhésion de l’Algérie à l’OMC : descente dans l’enfer du droit et de la concurrence ou catapulte vers la jungle du commerce mondial, Cherif Aissat*
L’Organisation[i] mondiale du commerce (OMC) est née le 15 avril 1994 à Marrakech (Maroc) par l’Accord ou Déclaration éponyme. Elle est entrée en exercice en 1996. Elle est le (...)
Sur le raisonnement par analogie (Qiyas) dans la pensée arabo-musulmane
Au début de l’époque des Abbassides deux courants de pensée divergeaient sur la méthode de l’interprétation du Coran et des Hadiths . Les Mu’tazila (rationnaliste) s’appuiaient (...)
Qui a crée l’EI ? par Michel Chossudovsky
Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de "Guerre (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Economie
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

7 visiteurs en ce moment