jeudi 21 mars 2019, Visiteurs : 535942
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

Malaise à l’université de Boumerdès

Version imprimable de cet article Version imprimable
mercredi, 3 octobre 2018 13:34


Malaise à l’université de Boumerdès

Un mois après l’annonce officielle de la rentrée universitaire de cette année que l’année pédagogique semble déjà compromise. Comme à l’accoutumé une poignée d’étudiants en situation d’échecs recourent aux fermetures des accès de l’université pour contraindre l’administration de celle-ci à reconsidérer leurs cas. Non pas qu’ils ont été victimes d’erreurs et qu’ils demandent de rectifier mais, malgré leurs faibles résultats, osent exiger de passer au niveau supérieur ou avoir le diplôme en se jugeant eux mêmes avoir ce mérite.

Cette pratique chez certains étudiants n’est pas nouvelle et elle se perpétuée d’année en année et devient, dans leur tête, une revendication tout à fait naturelle . Elle a prouvé, à chaque occasion, son efficacité puisque les étudiants contestataires arrivent à avoir gain de cause. On pousse les uns pour « monter » et on « ment » à d’autres en leur faisant croire que finalement ils méritent leur diplômes. Alors, les portes s’ouvrent et les cours reprennent normalement mais par pour très longtemps.. A La prochaine période des examens c’est le retour à la case de départ.

Pourquoi une telle situation perdure ? Pourquoi, après tant d’années , l’université de Boumerdès continue à vivre cette même situation ? Pourquoi les responsables du ministère de tutelle n’ont pas trouvé une solution ? Pourquoi les responsables de l’université de Boumerdès semblent dépassés par la situation ? Pourquoi l’ensemble des enseignants ne se sentent pas concernés par ces problèmes qui les empêchent d’exercer leur métier ?

La réponse à ces questions me disait un collègue est simple. Pourquoi veux-tu qu’ils résolvent ces problèmes ? Ils n’ont aucun intérêt. L’université n’a plus ce rôle de moteur dans le développement
socio-économique, car depuis les années 80, on l’a déconnectée. Aujourd’hui c’est une crèche pour « grands enfants » ! Tous ces « faux » diplômés resteront redevables au système. Il trouvera bien le moment pour les utiliser ... comme député, militant ou probablement haut responsable quelque part !!!

Sa réponse n’explique pas tout. Mais considérons là, simplement, comme une première tentative pour essayer de comprendre.

Ben Brahim.


Visiteurs : 195 / 535942

--- Répondre à cet article ---


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicités pour connaitre d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971
A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicité pour connaître d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971 » ( suite à nos deux dernières déclarations parues sur le journal (...)
بيان مبادرة 24 فيفري
يمكن تفسير المظاهرات الشعبية ليوم 22 فيفري 2019 على كافة التراب الوطني ضد العهدة الخامسة لبوتفليقة لأول وهلة على انها رفض للسياسة الاجتماعية والاقتصادية المطبقة خلال السنوات العشرين الأخيرة (...)
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER Les manifestations populaires du 22 février 2019 à travers le pays contre le cinquième mandat de Bouteflika s’interprètent à (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Société
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

5 visiteurs en ce moment