jeudi 18 avril 2019, Visiteurs : 550114
BANDEAU

رأينا هو صوت ألمبادرة الشعبية من أجل الحرية والعدالة الاجتماعية والتضامن. من أجل ابأدت أنظمة القمع واﻹستغلال للشعوب من أجل بديل مناهض للرأسمالية

RAÏNA porte la voix de l’Initiative populaire en Algérie pour la liberté, la justice sociale, la solidarité. Pour la fin des systèmes d’oppression et d’exploitation des peuples. Pour une alternative anticapitaliste.

ALGERIE, 19 MARS 1962, LA GUERRE EST FINIE LA FRANCE DE LEURS DISCOURS ET CELLE DE LEUR RETRAITE

Version imprimable de cet article Version imprimable
mercredi, 20 mars 2019 09:01


Essaraha Raha الصراحة راحة
Chronique hebdo de :Abdeltif Rebah

Elle ne manque pas de paradoxes ni de singularités, l’Algérie des lendemains de l’indépendance. L’estampille « séquelle du colonialisme » vient à peine de faire son entrée en service dans le discours politique, quand la capitale française accueille, dès la proclamation solennelle de la République au mois d’octobre 1962, d’illustres compagnons d’infortune de la première brouille algéro-algérienne post-indépendance, parmi lesquels l’ex Délégué économique de l’Exécutif Provisoire, Belaid Abdesslam. Ainsi, est déjà mise opportunément à profit, une des dispositions avantageuses des Accords d’Evian : la liberté de circuler, entre l’Algérie et la France, muni de sa seule carte d’identité. C’est l’ex Métropole que vont choisir également, quelques années plus tard, des artisans de premier plan de la guerre d’indépendance, jetés dans l’opposition, dont le premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella. Rejoignant ainsi, d’autres personnalités de renom du Mouvement national, Mohammed Boudiaf, Hocine Ait Ahmed, Ali Mahsas, etc, qui ont élu domicile dans l’Hexagone. Progressivement, va se constituer, chez l’ennemi d’hier, une diaspora de plus en plus nombreuse, riche d’anciens hauts dignitaires du pouvoir et de leurs familles. Ils seraient quelques 700, les anciens ministres qui ont occupé des fonctions importantes au sommet de l’Etat algérien qui ont choisi de s’installer en famille définitivement dans l’ex Métropole. C’est le choix fait également par plus d’un millier de très hauts cadres de l’Etat. Après avoir tiré tout le profit politique du discours nationaliste pur et dur sur la France et Hizb França, ils découvrent les délices de la France de la retraite. Fait notable et remarquable, cette diaspora de commis de l’Etat devant l’eternel s’est enrichie ces dernières décennies d’une composante pour le moins inattendue : celle des anciens opposants de la gauche radicale, pure et dure, elle aussi.


Visiteurs : 38 / 550114

--- Répondre à cet article ---


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicités pour connaitre d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971
A tous nos amis et lecteurs qui nous ont sollicité pour connaître d’avantage la « MOUBADARA du 24 Février 1971 » ( suite à nos deux dernières déclarations parues sur le journal (...)
بيان مبادرة 24 فيفري
يمكن تفسير المظاهرات الشعبية ليوم 22 فيفري 2019 على كافة التراب الوطني ضد العهدة الخامسة لبوتفليقة لأول وهلة على انها رفض للسياسة الاجتماعية والاقتصادية المطبقة خلال السنوات العشرين الأخيرة (...)
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER
DÉCLARATION DE LA MOUBADARA DU 24 FÉVRIER Les manifestations populaires du 22 février 2019 à travers le pays contre le cinquième mandat de Bouteflika s’interprètent à (...)
Accueil du site | Contact | Plan du site | Se connecter Suivre la vie du site Au fil du jour
logo facebook logo youtube logo google logo facebook
Copyright 2014 RAINA

5 visiteurs en ce moment