Contributions

Le royaume et nous(3ème partie)

 Le Maroc développe sciemment une politique directe d’empoisonnement de la vie en ciblant notre jeunesse à travers l’envoi de quantités  astronomiques  de drogue qu’il veut dissimuler et faire passer à travers les frontières grâce à des trafiquants. En mieux, (sic !),  à fin de démontrer un côté légaliste pour l’opinion publique  internationale,  des trafiquants de drogue algériens qui vivaient au Maroc ont été arrêtés et transférés en Algérie.  Manière de  dire que ce trafic est aussi animé par des Algériens dans ce pays. Pourtant, Il n’y a pas un jour  où les services de sécurité algérienne n’interceptent pas des  quantités de kif et d’opium au passage  des frontières avec le Maroc.

          Aspect cité en dernier, nous n’oublierons jamais non plus l’agression perpétrée contre  notre peuple  juste au moment de l’accession à l’indépendance ; après un combat difficile  et des efforts de luttes surhumaines contre le colonialisme,  une population gagnée par une profonde lassitude,  affaiblie par les efforts de guerre, un pays ravagé par la politique de terre brûlée de l’OAS et des colons, voilà que le royaume chérifien affiche des prétentions sur nos terres en envahissant par la force des parcelles de notre territoire. Les prétentions de cet envahissement n’ont pas pris en compte la mobilisation  populaire instantanée accompagnée de toutes les  forces politiques existantes de l’époque. Elle n’a pas pris non  plus en compte  la  capacité de résistance ancestrale et de réplique de notre peuple. Grâce à notre armée, aux enfants du peuple qui ont pris volontairement les armes  et avec l’aide des instructeurs Cubains,-nous avons pu repousser et même reconquérir, sans plus, nos territoires occupés, dans la limite uniquement de nos frontières. 

          Nous laissons à votre libre arbitrage d’opérer à un plus grand rapprochement partant  des traits  caractéristiques  se rapportant à un royaume en mal d’empire et une république qui aspire à vivre dans le respect de ses principes, de sa souveraineté et de l’intégrité de son territoire.

           La cohabitation entre les deux entités est en réalité antinomiques, peut elle assurer des relations ne serait ce qui limiter au plus bas du respect mutuel et aux règles de  bon voisinage. Avec tous les problèmes vécus,  les prétentions et les menaces du Maroc à l’égard de l’Algérie, il devient difficile d’espérer des relations durables et soutenues. Pourtant compte tenu des capacités en tout point de vue,  existantes au niveau de Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie, Lybie, Mauritanie, Sahara Occidental)  ces derniers peuvent laisser  présager d’un avenir certain de développement grâce à une multitude d’opportunité, et  une force émergente parmi les grands ensembles dans le monde, si elles sont mises en commun. Malheureusement le Maroc s’oppose à cette unification. 

          Il semble voir les choses d’une manière égoïste,  le « compter sur soi » et ramener tout à soi.  Il vise une voie malsaine  que,  peut être L’Algérie a pu décrypter. Outre cela, le monarque, en voulant faire cavalier seul, il a l’air de vouloir offrir à l’Algérie la paix et la non agression contre la renonciation du soutien aux Sahraouis. Il sait, pourtant très bien que nous n’avons pas peur de ses menaces masquées  proférées à  notre égard  et que nous  ne cèderons jamais sur le respect de nos principes. Il compte sur le soutien de la France dans le Conseil de Sécurité de l’ONU pour gagner du temps, sur  le  marchandage auprès de certains pays, comme Israêl, des lobbys de certains pays développés, ainsi que  sur les tergiversations  de sa diplomatie et sur l’effet du fait accompli de certains accords signés avec des pays et l’Union Européenne sur l’exploitation des richesses du  Sahara Occidental qui continue malgré la décision de la cour européenne. 

          C’est une question de temps, le royaume doit trouver une solution pour garantir sa sur vie. Partant de ses propres contradictions, il ne pourra pas continuer dans cette même lancée. La guerre permanente n’est pas une solution. Il faudra un jour entrevoir une possibilité d’adaptation de la couronne aux  principes de rationalité et de modernité pour s’insérer au mieux de ses intérêts et ceux de son peuple et s’attacher à la construction d’une union maghrébine pour bénéficier d’un ensemble mutuellement avantageux pour tous les peuples maghrébins. C’est la seule issue possible pour mettre fin aux différentes convoitises, et certaines animosités malfaisantes et  non productives par ailleurs tant le peuple du Maghreb espère retrouver la paix, la prospérité et la sérénité. Nous ne pouvons pas en dire plus.            

                                                                                  RAÏNA, ALGER, Le 10. 11. 2021 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*